La couche d’ozone

Pour comprendre la couche d’ozone, il serait utile de connaître les différentes couches de l’atmosphère. L’atmosphère terrestre est composée de plusieurs couches, chacune jouant un rôle important. La première couche s’étendant sur une dizaine de kilomètres à partir de la surface de la terre est appelée troposphère. Beaucoup d’activités humaines telles que les ballons à gaz, l’escalade en montagne et les vols en petits avions ont lieu dans cette région.

La stratosphère est la couche suivante au-dessus de la troposphère, qui s’étend sur environ 15 à 60 kilomètres. La couche d’ozone se trouve dans la région inférieure de la stratosphère à environ 20 à 30 kilomètres au-dessus de la surface de la terre. L’épaisseur de la couche d’ozone est d’environ 4 à 6 mm, mais elle fluctue en fonction de la saison et de la géographie.

La couche d’ozone est une couche profonde de l’atmosphère terrestre qui contient de l’ozone, une molécule naturelle contenant trois atomes d’oxygène. Ces molécules d’ozone forment une couche gazeuse dans la haute atmosphère de la Terre appelée stratosphère. Cette région inférieure de la stratosphère contenant une concentration relativement plus élevée d’ozone est appelée Ozonosphère. L’Ozonosphère se trouve entre 20 et 30 km  au-dessus de la surface de la terre.

La concentration d’ozone dans la couche d’ozone est généralement inférieure à 10 parties par million, tandis que la concentration moyenne d’ozone dans l’atmosphère est d’environ 0,3 partie par million. L’épaisseur de la couche d’ozone diffère selon la saison et la géographie. Les plus fortes concentrations d’ozone se produisent à des altitudes de 25 à 30 km dans les tropiques et de 12 à 20 km  vers les pôles.

La couche d’ozone forme une couche épaisse dans la stratosphère, entourant la terre, qui contient une grande quantité d’ozone. La couche d’ozone protège la vie sur terre contre les rayons ultraviolets qui proviennent du soleil. Les rayons ultraviolets sont des rayons nocifs qui peuvent augmenter le risque de maladies mortelles comme le cancer de la peau, les cataractes et endommager le système immunitaire. Les rayons ultraviolets sont également capables de détruire les organismes unicellulaires, la flore terrestre et les écosystèmes aquatiques.

La couche d’ozone a été découverte en 1913 par les physiciens français Charles Fabry et Henri Buisson. La couche d’ozone a la capacité d’absorber près de 97 à 99 % des rayonnements ultraviolets nocifs émis par le soleil et qui peuvent avoir des effets dévastateurs à long terme sur les êtres humains, les plantes et les animaux.

 

Composition de la couche d’ozone

Il est surprenant de constater que les mêmes rayons UV forment le gros de la couche d’ozone. L’ozone est un extraordinaire type d’oxygène composé de 3 atomes d’oxygène au lieu des 2 atomes d’oxygène normaux. La couche d’ozone se développe normalement lorsqu’un certain nombre de décharges électriques ou de radiations divisent les 2 atomes en une molécule d’oxygène (O2) qui se réunit ensuite indépendamment avec d’autres types de molécules pour former l’ozone. La couche d’ozone protège la vie sur la planète Terre depuis des milliards d’années, mais elle est aujourd’hui épuisée par les activités humaines.

Les gens ont commencé à apprécier l’importance de la couche d’ozone lorsque les scientifiques ont publié une étude suggérant que certains produits chimiques d’origine humaine appelés chlorofluorocarbures parvenaient à atteindre la stratosphère et appauvrissaient l’ozone par une série de réactions chimiques profondes. Les résultats de cette étude ont donné lieu à la signature d’un traité mondial connu sous le nom de Protocole de Montréal en 1973. Ce traité a contribué à réduire la production de ces substances chimiques nocives d’origine humaine.

Ces efforts ciblés ont permis la reconstitution de la couche d’ozone au cours des dernières années. L’épaisseur de la couche d’ozone varie énormément d’un jour et d’un endroit à l’autre. En raison de la circulation d’air atmosphérique verticale continue dans la stratosphère et la troposphère, la quantité de couche d’ozone qui protège les humains contre les rayons UV puissants peut être plus ou moins importante. De plus, les personnes résidant à des altitudes plus élevées sont exposées au risque de rayonnement UV que celles qui habitent à des altitudes plus basses.

L’ozone stratosphérique joue un grand rôle dans la protection de l’homme contre la dureté du soleil. Cependant, il y a aussi une sorte d’ozone qui se forme juste au-dessus du sol à la suite d’un contact des rayons du soleil avec la pollution atmosphérique, ce qui est dangereux pour la santé humaine. Chez certains individus, elle peut entraîner des complications respiratoires et se produit souvent en été lorsque la pollution sévit dans les villes où l’air est statique.

Pourquoi la couche d’ozone est-elle nécessaire?

Une propriété essentielle de la molécule d’ozone est sa capacité à empêcher les radiations solaires de longueurs d’onde inférieures à 290 nanomètres d’atteindre la surface de la Terre. Dans ce processus, il absorbe également les rayons ultraviolets qui sont dangereux pour la plupart des êtres vivants. Les rayons UV pourraient blesser ou tuer la vie sur Terre. Bien que l’absorption des rayons UV réchauffe la stratosphère, mais il est important que la vie fleurisse sur la planète Terre. Les chercheurs scientifiques ont anticipé une perturbation des écosystèmes terrestres et aquatiques sensibles due à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Les rayons ultraviolets pourraient détruire la matière organique. Les plantes et le plancton ne peuvent pas prospérer, car ils servent de nourriture aux animaux terrestres et marins, respectivement. Chez l’homme, une exposition excessive aux rayons ultraviolets augmente les risques de cancer (surtout de cancer de la peau) et de cataractes. On calcule que chaque diminution de 1 % de la couche d’ozone entraîne une augmentation de 3 à 6 % de l’incidence du cancer de la peau. Parmi les autres effets néfastes de la réduction de la couche d’ozone protectrice, on peut citer l’augmentation de l’incidence des cataractes, les coups de soleil et la suppression du système immunitaire.

Causes de l’appauvrissement de la couche d’ozone

Des études scientifiques crédibles ont prouvé que la cause de l’appauvrissement de la couche d’ozone est l’activité humaine, en particulier les produits chimiques fabriqués par l’homme qui contiennent du chlore ou du brome. Ces produits chimiques sont largement connus sous le nom de SACO, un acronyme pour les substances appauvrissant la couche d’ozone. Les scientifiques ont observé une réduction de l’ozone stratosphérique depuis le début des années 1970. Il est plus visible dans les régions polaires.

Les substances appauvrissant la couche d’ozone se sont avérées écologiques, très stables et non toxiques dans l’atmosphère ci-dessous. C’est pourquoi ils ont gagné en popularité au fil des ans. Cependant, leur stabilité a un prix; ils peuvent flotter et rester statiques en altitude dans la stratosphère. Lorsque là-haut, les SACO sont confortablement décomposées par la forte lumière UV et le produit chimique qui en résulte est le chlore et le brome. Le chlore et le brome appauvrissent la couche d’ozone à des vitesses supersoniques. Ils le font simplement en retirant un atome de la molécule d’ozone. Une molécule de chlore a la capacité de décomposer des milliers de molécules d’ozone.

Les substances appauvrissant la couche d’ozone sont restées et continueront de rester dans l’atmosphère pendant de nombreuses années. Cela implique essentiellement qu’une grande partie des substances appauvrissant la couche d’ozone que les êtres humains ont laissé passer dans l’atmosphère au cours des 90 dernières années sont encore en route vers l’atmosphère, ce qui explique pourquoi elles contribueront à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Les principales substances appauvrissant la couche d’ozone sont les chlorofluorocarbures (CFC), le tétrachlorure de carbone, les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) et le méthylchloroforme. Les halons, parfois appelés fluorocarbures bromés, contribuent aussi fortement à l’appauvrissement de la couche d’ozone. Cependant, leur application est fortement restreinte puisqu’ils sont utilisés dans des extincteurs spécifiques. L’inconvénient des halons est qu’ils sont si puissants qu’ils peuvent appauvrir la couche d’ozone 10 fois plus que les substances appauvrissant la couche d’ozone.

Les scientifiques de cette époque travaillent jour et nuit à la mise au point d’hydrofluorocarbures (HFC) pour remplacer les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) et les chlorofluorocarbures (CFC) utilisés dans la climatisation des véhicules. Les hydrochlorofluorocarbures sont de puissants gaz à effet de serre, mais ils ne peuvent pas appauvrir l’ozone. Les chlorofluorocarbures, en revanche, contribuent de manière significative au changement climatique, ce qui signifie que les hydrofluorocarbures restent la meilleure alternative jusqu’ à ce que des alternatives plus sûres soient disponibles.

Il y a deux régions dans lesquelles la couche d’ozone s’est appauvrie.

Par exemple, à la latitude moyenne, au-dessus de l’Australie, la couche d’ozone est amincie. Ceci a conduit à une augmentation du rayonnement UV atteignant la Terre. On estime qu’environ 10 % de l’épaisseur de la couche d’ozone a diminué, ce qui augmente le risque de surexposition des êtres humains aux rayonnements UV en raison du mode de vie à l’extérieur.
Dans les régions atmosphériques au-dessus de l’Antarctique, la couche d’ozone est considérablement amincie, surtout au printemps. Cela a conduit à la formation de ce qu’on appelle le « trou d’ozone ». Les trous d’ozone désignent les régions où la couche d’ozone est fortement réduite. Habituellement, des trous d’ozone se forment au-dessus des pôles au début du printemps. L’un des plus grands trous de ce type apparaît chaque année sur l’Antarctique entre septembre et novembre.

Causes naturelles de l’appauvrissement de la couche d’ozone:

Il a été constaté que la couche d’ozone est affectée par certains phénomènes naturels tels que les taches solaires et les vents stratosphériques. Mais il a été constaté que cela ne causait pas plus de 1 à 2 % d’appauvrissement de la couche d’ozone et les effets sont également considérés comme temporaires. On pense également que les grandes éruptions volcaniques (principalement El Chichon en 1983 et le mont Pinatubo en 1991) ont également contribué à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Causes anthropiques de l’appauvrissement de la couche d’ozone: La principale cause de l’appauvrissement de l’ozone est le rejet excessif de chlore et de brome par les composés d’origine humaine tels que les chlorofluorocarbures (CFC). Les CFC (chlorofluorocarbures), halons, CH3CCl3 (chloroforme méthylique), CCl4 (tétrachlorure de carbone), HCFC (hydrochlorofluorocarbures), hydrobromofluorocarbures et bromure de méthyle ont un impact direct sur l’appauvrissement de la couche d’ozone. Ces substances sont classées dans la catégorie des substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO).

Le problème avec les substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) est qu’elles ne sont pas rejetées sous forme de pluie sur la terre et qu’elles restent en fait longtemps dans l’atmosphère. Avec tant de stabilité, ils sont transportés dans la stratosphère. Les émissions de SACO représentent environ 90 % de l’appauvrissement total de la couche d’ozone dans la stratosphère. Ces gaz sont transportés jusqu’ à la couche stratosphère de l’atmosphère où les rayons ultraviolets du soleil les brisent pour libérer du chlore (des CFC) et du brome (du bromure de méthyle et des halons).

Les radicaux libres de chlore et de brome réagissent avec la molécule d’ozone et détruisent leur structure moléculaire, ce qui appauvrit la couche d’ozone. Un atome de chlore peut briser plus de 100 000 molécules d’ozone. L’atome de brome est considéré comme 40 fois plus destructeur que les molécules de chlore.

Principales substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO)

Chlorofluorocarbures (CFC)

Elle est considérée comme la substance appauvrissant la couche d’ozone la plus largement utilisée parce qu’elle est responsable de plus de 80 % de l’appauvrissement global de la couche d’ozone. Il a été utilisé comme liquide de refroidissement dans les appareils électroménagers tels que congélateurs, réfrigérateurs et climatiseurs dans les bâtiments et les voitures fabriqués avant 1995. Cette substance est habituellement contenue dans des agents de nettoyage à sec, des stérilisants hospitaliers et des solvants industriels. La substance est également utilisée dans les produits en mousse tels que les matelas et les coussins et l’isolation de la maison.

Hydrofluorocarbures (HCFC)

Au fil des ans, les hydrofluorocarbures ont remplacé les chlorofluorocarbures. Ils ne sont pas aussi nocifs que les CFC pour la couche d’ozone.

Halons

Il est particulièrement utilisé dans certains extincteurs d’incendie dans des scénarios où l’équipement ou le matériel pourrait être dévasté par l’eau ou les produits chimiques de l’extincteur.

Tétrachlorure de carbone

Également utilisé dans certains extincteurs et solvants.

Chloroforme de méthyle

Utilisé couramment dans les industries pour le nettoyage à froid, le dégraissage à la vapeur, le traitement chimique, les adhésifs et certains aérosols.

Effets graves de l’appauvrissement de l’ozone

Dommages à la santé humaine

Si la couche d’ozone est appauvrie, cela signifie que les humains seront trop exposés aux rayons ultraviolets. La surexposition aux rayons ultraviolets cause le cancer de la peau, la cataracte, les coups de soleil, l’affaiblissement du système immunitaire et le vieillissement rapide.

Dévastation de l’environnement

De nombreuses espèces végétales sont vulnérables aux rayons ultraviolets et la surexposition peut entraîner une croissance, une photosynthèse et une floraison minimes. Parmi les espèces de cultures vulnérables aux rayons UV, mentionnons l’orge, le blé, le maïs, l’avoine, le riz, le brocoli, les tomates, le chou-fleur, pour n’en nommer que quelques-uns. Les forêts sont également les plus touchées par l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Menace pour la vie marine

Certaines espèces marines, en particulier les planctons, sont fortement affectées par l’exposition à de forts rayons ultraviolets. Dans la chaîne alimentaire aquatique, les planctons apparaissent en hauteur. Si le nombre de planctons diminuait en raison de la destruction de la couche d’ozone, la chaîne alimentaire marine serait perturbée de bien des façons. De plus, une surexposition aux rayons du soleil pourrait réduire l’avenir des pêcheurs. De plus, certaines espèces de la vie marine ont été fortement affectées par la surexposition aux rayons ultraviolets à un stade précoce.

Effet sur les animaux

Chez les animaux domestiques, un rayonnement ultraviolet trop intense pourrait également causer le cancer de la peau et des yeux.

Impacts sur certains matériaux

Les matières plastiques, le bois, les tissus, le caoutchouc sont massivement dégradés par les rayons ultraviolets.

Solutions pour l’appauvrissement de l’ozone

S’abstenir d’utiliser des pesticides

Les pesticides sont d’excellents produits chimiques qui débarrassent votre ferme des ravageurs et des mauvaises herbes, mais ils contribuent énormément à l’appauvrissement de la couche d’ozone. La solution infaillible pour se débarrasser des parasites et des mauvaises herbes est d’appliquer des méthodes naturelles. Désherber votre ferme manuellement et utiliser des produits chimiques écologiques pour réduire les ravageurs.

Décourager la conduite de véhicules privés

La technique la plus simple pour réduire au minimum l’appauvrissement de la couche d’ozone consiste à limiter le nombre de véhicules sur la route. Ces véhicules émettent beaucoup de gaz à effet de serre qui finissent par former le smog, un catalyseur dans l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Utiliser des produits de nettoyage écologiques

La plupart des produits d’entretien ménager sont chargés de produits chimiques agressifs qui se retrouvent dans l’atmosphère, ce qui finit par contribuer à la dégradation de la couche d’ozone. Utilisez des produits nettoyants naturels et respectueux de l’environnement pour mettre fin à cette situation.

 

La surpopulation: causes, effets et solutions possibles

Au cours des cinquante dernières années, la population mondiale a explosé. Au moment d’écrire ces lignes, la planète compte sept milliards d’habitants et ce nombre devrait augmenter rapidement.

De tous les défis environnementaux auxquels la planète est confrontée aujourd’hui, la surpopulation est un problème qui échappe parfois au radar. Des questions telles que la pollution, le changement climatique et les pénuries d’eau semblent toutes primer, mais la surpopulation est l’une des principales causes de nombreux autres problèmes environnementaux.

La surpopulation imposera de grandes exigences aux ressources et aux terres, ce qui entraînera des problèmes environnementaux de grande ampleur, en plus d’avoir un impact sur les économies et les niveaux de vie à l’échelle mondiale.

Le problème est aggravé par la difficulté de trouver des solutions à ce problème et par une mauvaise compréhension des causes et des effets de la surpopulation.

Nous aborderons ici les causes et les effets de la surpopulation afin que vous puissiez avoir une vision plus éclairée des risques qui en découlent.

Les causes

Plusieurs facteurs contribuent à la surpopulation. Ce sont les causes principales:

Pauvreté

La pauvreté est considérée comme la principale cause de surpopulation. Le manque de ressources éducatives, conjugué à des taux de mortalité élevés entraînant des taux de natalité plus élevés, a pour conséquence que les zones appauvries connaissent une forte croissance démographique.

L’effet est si important que l’ONU a prédit que les quarante-huit pays les plus pauvres du monde sont aussi probablement ceux qui contribueront le plus à la croissance démographique. Selon leurs estimations, la population cumulée de ces pays devrait atteindre 1,7 milliard d’habitants en 2050, contre 850 millions en 2010.

Mauvaise utilisation des contraceptifs

Bien que la disponibilité des contraceptifs soit largement répandue dans les pays développés, une mauvaise planification de la part des deux partenaires peut mener à des grossesses inattendues. Les statistiques ont montré qu’en Grande-Bretagne, 76% des femmes âgées de 16 à 49 ans utilisaient au moins une forme de contraception, ce qui laisse un quart d’entre elles ouvertes à des grossesses inattendues.

Ce problème est exacerbé dans les régions sous-développées. Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que ce taux d’utilisation tombe à 43% dans les pays qui sont affaiblis par des problèmes tels que la pauvreté, ce qui conduit à des taux de natalité plus élevés.

Travail des enfants

Aussi pénible que cela puisse paraître, le travail des enfants est encore très répandu dans de nombreuses régions du monde. L’UNICEF estime qu’environ 150 millions d’enfants travaillent actuellement, principalement dans des pays qui ont peu de lois sur le travail des enfants.

Cela peut faire en sorte que les enfants soient perçus comme une source de revenus par les familles pauvres. En outre, les enfants qui commencent à travailler trop jeunes perdent également les possibilités d’éducation qui leur sont offertes, en particulier dans le domaine de la contraception.

Réduction des taux de mortalité

L’amélioration de la technologie médicale a entraîné une baisse des taux de mortalité pour de nombreuses maladies graves. Des virus et des maladies particulièrement dangereux comme la polio, la variole et la rougeole ont été pratiquement éradiqués grâce à ces progrès.

Bien que cette nouvelle soit positive à bien des égards, elle signifie aussi que les gens vivent plus longtemps que jamais auparavant. Ce « retard » dans le cycle de la vie et de la mort a fait que les taux de natalité ont dépassé les taux de mortalité de plus de deux pour un dans les temps modernes.

Traitement de fertilité

Bien qu’elle ne joue qu’un rôle mineur par rapport aux autres causes de surpopulation, l’amélioration des traitements de la fertilité a permis à un plus grand nombre de personnes d’avoir des enfants.

Le nombre de femmes utilisant divers traitements de fertilité a augmenté depuis leur création. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux ont la possibilité de concevoir des enfants, même s’ils n’ont peut-être pas pu le faire sans de tels traitements.

Immigration

L’immigration incontrôlée dans les pays peut conduire à une surpopulation au point où ces pays ne disposent plus des ressources nécessaires pour leur population. Cette situation est particulièrement problématique dans les pays où le nombre d’immigrants dépasse largement celui des émigrants.

Dans certains cas, les immigrants tentent peut-être d’échapper à la surpopulation dans leur propre pays, mais seulement pour contribuer aux mêmes problèmes dans les pays vers lesquels ils se déplacent. Cependant, il existe également des données qui montrent que l’immigration peut soutenir les économies, ce qui est particulièrement vrai au Royaume-Uni.

Les effets

plage bondée

La surpopulation peut avoir un certain nombre d’effets, dont la plupart sont négatifs, comme nous le verrons plus loin.

Manque d’eau

La surpopulation engendre une demande accrue en eau douce dans le monde. Comme seulement 1 % environ de l’eau de la planète est douce et accessible, cela pose un problème majeur.

Selon certaines estimations, la demande humaine d’eau douce représentera environ 70 % de ce qui est disponible sur la planète d’ici 2025. Les personnes qui vivent dans des zones pauvres et qui ont déjà un accès limité à cette eau courent de grands risques.

Espérance de vie inférieure

Alors qu’une espérance de vie plus élevée entraîne une augmentation de la population dans les pays développés, une espérance de vie plus faible peut être causée par l’explosion démographique que connaissent les pays moins développés.

Une grande partie de la croissance démographique mondiale se produit dans les pays moins développés. Cela étire les ressources de ces pays, ce qui réduit l’accès aux soins médicaux, à l’eau douce, à la nourriture et aux emplois, ce qui se traduit par une baisse de l’espérance de vie.

Extinction

L’effet de la surpopulation sur la faune et la flore sauvages du monde est également un problème majeur. Au fur et à mesure que la demande de terres augmente, la destruction d’habitats naturels, comme les forêts, augmente elle aussi.

Certains scientifiques préviennent que si les tendances actuelles se maintiennent, jusqu’ à 50 % des espèces sauvages de la planète seront menacées d’extinction. Des données ont également été recueillies pour montrer qu’il existe un lien direct entre l’augmentation de la population humaine et la diminution du nombre d’espèces sur la planète.

Consommation des ressources

Au fur et à mesure que la population croît, il en va de même pour les ressources nécessaires pour garder tant de gens en vie. Les aliments, l’eau et les combustibles fossiles sont tous consommés à des taux records, ce qui impose aux producteurs et à la planète elle-même des exigences accrues.

Ironiquement, c’est la découverte de nombreuses ressources naturelles – en particulier les combustibles fossiles – qui ont contribué à créer des conditions favorables à la croissance démographique. Une étude a montré que l’écosystème mondial a changé plus rapidement dans la seconde moitié du XXe siècle qu’ à tout autre moment de l’histoire en raison d’une utilisation accrue de ces ressources.

Augmentation de l’agriculture intensive

Au fil des ans, les pratiques agricoles ont évolué pour produire suffisamment d’aliments pour nourrir un plus grand nombre de personnes. Cependant, les méthodes d’agriculture intensive causent également des dommages aux écosystèmes locaux et à la terre, ce qui peut poser des problèmes à l’avenir.

En outre, l’agriculture intensive est également considérée comme un facteur important du changement climatique en raison de la machinerie nécessaire. Cet effet s’intensifiera probablement si la population continue de croître à son rythme actuel.

Changements climatiques plus rapides

La surpopulation est directement liée au changement climatique, d’autant plus que les grands pays comme la Chine et l’Inde continuent de développer leurs capacités industrielles. Ils sont aujourd’hui deux des trois plus grands contributeurs d’émissions dans le monde, aux côtés des États-Unis.

97% de la communauté scientifique est d’accord pour dire que les activités humaines modifient les températures mondiales. Des populations plus importantes peuvent accélérer ces changements, surtout si l’on ne fait pas davantage pour réduire l’empreinte carbone individuelle à grande échelle.

Solutions potentielles

Nous en savons maintenant davantage sur la surpopulation et les effets qu’elle peut avoir, mais que peut-on faire pour y remédier? Plusieurs solutions sont proposées.

Meilleure éducation sexuelle

Le manque d’éducation sexuelle – ou une éducation mal mise en œuvre – a entraîné des problèmes de surpopulation dans de nombreux pays. Le problème est tellement prononcé que le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) demande que des améliorations soient apportées, en particulier dans les régions les plus pauvres du monde.

Une meilleure éducation aidera les gens à mieux comprendre les conséquences potentielles des rapports sexuels sur la naissance d’un enfant. Il éliminera également bon nombre des mythes qui entourent l’acte sexuel et introduira des méthodes de contraception éprouvées scientifiquement.

Accès aux contraceptifs

preservatif

L’accès à la contraception doit aller de pair avec une meilleure éducation sexuelle. Après tout, sans elle, les gens ne peuvent pas mettre en pratique ce qu’ils ont

appris.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que 225 millions de femmes vivant dans les pays en développement préféreraient reporter l’accouchement mais n’utilisent aucune forme de contraception.

Changements de politique

De nombreux pays offrent des récompenses, que ce soit sous forme d’incitations financières ou de prestations accrues, à ceux qui ont plus d’enfants. Cela peut amener certains couples à avoir plus d’enfants qu’ils n’en auraient autrement s’ils devaient s’inquiéter des conséquences financières.

C’est une question difficile à aborder. La politique chinoise de « l’enfant unique » a été récemment abandonnée, en partie à cause des restrictions qu’elle impose à la liberté, et il est probable que des politiques similaires seraient considérées comme tout aussi restrictives.

Éducation sur le sujet

S’il existe un certain nombre d’organisations qui fournissent aux écoles des programmes d’études et du matériel didactique pour couvrir le sujet de la surpopulation, c’est toujours un sujet qui n’est pas aussi bien traité dans les écoles qu’il devrait l’être.

Cette éducation ne doit pas se limiter à parler de sexe, mais aussi des conséquences globales de la surpopulation. Le dialogue sur le sujet doit être plus ouvert, avec des sites comme debate. org offrant des ressources utiles qui permettent d’aborder la question de manière rationnelle.

Qu’est-ce que le réchauffement climatique?

Le réchauffement climatique est l’augmentation actuelle de la température de la surface de la Terre (terres et eau) ainsi que de l’atmosphère. Les températures moyennes dans le monde ont augmenté de 0,75 °C au cours des 100 dernières années, environ les deux tiers de cette augmentation sont survenus depuis 1975. Dans le passé, lorsque la Terre a connu des hausses de température, elles étaient le résultat de causes naturelles, mais aujourd’hui, elles sont causées par l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère produite par les activités humaines.

L’effet de serre naturel maintient la température de la Terre à un niveau sûr, ce qui permet aux humains et à de nombreuses autres formes de vie d’exister. Cependant, depuis la révolution industrielle, les activités humaines ont considérablement accru l’effet de serre, ce qui a entraîné une augmentation de la température moyenne de la Terre de près de 1°C. Cela crée le réchauffement de la planète que nous connaissons aujourd’hui. Pour mettre cette augmentation en perspective, il est important de comprendre qu’au cours de la dernière période glaciaire, une période de changements climatiques massifs, le changement de température moyen autour du globe n’était que d’environ 5 °C.

L’augmentation des niveaux de gaz à effet de serre renforce l’effet de serre et provoque le réchauffement climatique
Une longue série de recherches scientifiques et d’études internationales ont montré, avec plus de 90 % de certitude, que cette augmentation des températures globales est due aux gaz à effet de serre produits par l’homme. Ces résultats sont reconnus par les académies nationales des sciences de tous les grands pays industrialisés.

Le réchauffement climatique affecte de nombreux endroits dans le monde. Elle accélère la fonte des calottes glaciaires, du pergélisol et des glaciers, ce qui fait monter le niveau moyen de la mer. Elle modifie également les précipitations et les régimes météorologiques dans de nombreux endroits, ce qui rend certains endroits plus secs, avec des périodes de sécheresse plus intenses et en même temps rend d’autres endroits plus humides, avec des tempêtes plus violentes et des inondations plus intenses. Ces changements ont affecté à la fois la nature et la société humaine et continueront d’avoir des effets de plus en plus graves si les émissions de gaz à effet de serre

Quelles sont les causes du réchauffement climatique?

Chaque jour, de nouvelles émissions de gaz à effet de serre accélèrent le réchauffement climatique
La cause du réchauffement de la planète est la quantité croissante de gaz à effet de serre dans l’atmosphère produite par les activités humaines, comme la combustion de combustibles fossiles ou la déforestation. Ces activités produisent de grandes quantités d’émissions de gaz à effet de serre qui causent le réchauffement climatique. Les gaz à effet de serre emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère terrestre pour garder la planète suffisamment chaude pour soutenir la vie, ce processus est appelé effet de serre. C’est un processus naturel et sans ces gaz, la Terre serait trop froide pour que les humains, les plantes et d’autres créatures puissent vivre.

L’effet de serre naturel existe grâce à l’équilibre des principaux types de gaz à effet de serre. Cependant, lorsque des niveaux anormalement élevés de ces gaz s’accumulent dans l’air, une plus grande quantité de chaleur commence à être emprisonnée et entraîne une augmentation de l’effet de serre. Les émissions anthropiques ont augmenté les niveaux de gaz à effet de serre, ce qui fait monter les températures mondiales et contribue au réchauffement de la planète.

Émissions de gaz à effet de serre et effet de serre accru

Les gaz à effet de serre sont produits naturellement et par les activités humaines. Malheureusement, les gaz à effet de serre générés par les activités humaines sont ajoutés à l’atmosphère à un rythme beaucoup plus rapide que tout processus naturel ne peut les éliminer.

Les niveaux mondiaux de gaz à effet de serre ont augmenté de façon spectaculaire depuis l’aube de la révolution industrielle dans les années 1750.Seul un petit groupe d’activités humaines fait augmenter la concentration des principaux gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, oxyde nitreux et gaz fluorés):

La majeure partie des émissions anthropiques de dioxyde de carbone provient de la combustion de combustibles fossiles tels que le charbon et le pétrole, ce qui permet aux humains d’alimenter divers véhicules, machines, de se réchauffer et de produire de l’électricité. D’autres sources importantes proviennent des changements d’affectation des terres (ex: déforestation) et de l’industrie (ex: production de ciment).
Le méthane est produit par l’homme lors de la production et de l’utilisation des combustibles fossiles, de l’élevage et de la riziculture, ainsi que dans les décharges.
Les émissions d’oxyde nitreux sont principalement causées par l’utilisation d’engrais synthétiques pour l’agriculture, la combustion de combustibles fossiles et la gestion du fumier d’élevage.
Les gaz fluorés sont principalement utilisés dans les applications de réfrigération, de refroidissement et de fabrication.
Déforestation

La déforestation est devenue une entreprise massive de l’homme et la transformation des forêts en fermes a un nombre important d’impacts sur les émissions de gaz à effet de serre. Pendant des siècles, les gens ont brûlé et abattu des forêts pour défricher des terres à des fins agricoles. Cela a un double effet sur l’atmosphère, à la fois en émettant du dioxyde de carbone dans l’atmosphère et en réduisant simultanément le nombre d’arbres qui peuvent éliminer le dioxyde de carbone de l’air.

Lorsque les terres forestières sont défrichées, la perturbation du sol et l’augmentation des taux de décomposition dans les sols convertis génèrent des émissions de dioxyde de carbone.

 

Quels sont les effets du réchauffement climatique?

Le réchauffement de la planète nuit au climat et à l’environnement physique de la planète. L’un des effets les plus visibles du réchauffement de la planète peut être observé dans l’Arctique, car les glaciers, le pergélisol et la glace de mer fondent rapidement. Le réchauffement de la planète nuit à l’environnement de plusieurs façons, dont les suivantes:

Augmentation de la fonte de la neige et de la glace
Augmentation du niveau de la mer
Des ouragans et des cyclones plus forts
Désertification

Le réchauffement climatique mondial rend les zones arides et semi-arides encore plus sèches qu’auparavant, ce qui accélère la désertification.
L’augmentation des températures dans le monde entier rend les zones arides et semi-arides encore plus sèches qu’auparavant. Les recherches actuelles montrent également que le cycle de l’eau change et que les régimes des précipitations changent pour rendre encore plus sèches les zones déjà sèches. Cela entraîne des pénuries d’eau et une grande détresse pour plus de 2,5 millions de personnes dans les régions sèches qui se dégradent en désert.

Augmentation de la fonte de la neige et de la glace

Partout dans le monde, la neige et la glace fondent beaucoup plus rapidement en raison du réchauffement climatique.
Partout dans le monde, la neige et la glace fondent beaucoup plus rapidement que par le passé. Cela a été observé dans les Alpes, l’Himalaya, les Andes, les Rocheuses, l’Alaska et l’Afrique, mais est particulièrement vrai aux pôles de la Terre.

La couverture de glace pérenne dans l’Arctique fond à un rythme de 12,5 % par décennie et l’épaisseur de la glace arctique a diminué de 48 % depuis les années 1960. Au cours des 30 dernières années, plus d’un million de milles carrés de glace de mer ont disparu, ce qui équivaut à la superficie totale de la Norvège, du Danemark et de la Suède.

Augmentation du niveau de la mer

Depuis le début du XXe siècle, le taux d’élévation du niveau de la mer a plus ou moins triplé en réaction au réchauffement climatique
Le niveau de la mer a augmenté de 21 cm (8 pouces) depuis 1880. Le rythme de l’élévation du niveau de la mer s’accélère et est maintenant à un rythme qui n’ a pas été observé depuis au moins 5000 ans. Le réchauffement de la planète a eu deux causes à cet égard: les températures moyennes plus chaudes ont pour effet d’accroître l’expansion des eaux océaniques (dilatation thermique) et la fonte accélérée des glaces et des glaciers augmente la quantité d’eau dans les océans.

Des ouragans et des cyclones plus forts

Le réchauffement climatique a accru l’intensité des cyclones, ouragans et typhons.
L’activité des cyclones tropicaux a connu une tendance à la hausse évidente depuis le début des années 1970. Il est intéressant de noter que cela correspond directement à une augmentation observée de la température des océans au cours de la même période. Depuis lors, l’indice de dissipation de la puissance, qui mesure le pouvoir destructeur des cyclones tropicaux, a augmenté de 30 % dans le Pacifique et presque doublé dans l’Atlantique. Chaque augmentation de 1 degré Celsius de la température de surface de la mer entraîne une augmentation de 35 % de la fréquence mondiale des tempêtes de catégorie 4 et 5.